Hominescence

[Nous vivons l’époque où un processus d' »hominescence » redéfinit l’humain]

Michel Serres propose le mot hominescence pour désigner ce que vit l’humanité depuis la seconde moitié du 20ème siècle : un changement majeur dans notre rapport au temps et à la mort. Le mot est construit sur la désinence « escence » (inchoative), qui désigne un début fragile, un processus de bouillonnement et de floraison : luminescence, efflorescence, incandescence, sénescence, effervescence ou adolescence. On perçoit dans ces termes une dimension de croissance/décroissance, d’éclat/occultation, de franchissement/régression. L’hominescence est un processus qui, par des écarts répétés, renouvelle l’hominisation. On ignore ce qu’il va produire : une humanité, une autre humanité ou d’autres degrés de l’humain. Le mot sonne comme une différentielle. Il concentre l’événement dans un espace de temps réduit : quelques décennies dans une échelle qui peut se compter en milliers d’années ou en millénaires.

L’hominescence s’est développée par boucles successives :

1. Première boucle : l’homme fabrique des outils extérieurs et des techniques qui prolongent ses organes. Il domestique les animaux et vit avec eux.

2. Deuxième boucle : le corps se globalise, la terre entre dans l’histoire. En constituant un nouvel habitat, le Biosom, l’homme produit la nature.

3. Troisième boucle : l’homme perd ses facultés qui sont externalisées : la mémoire, la voix, la connaissance. Les sciences et les techniques deviennent capables de modifier son corps, devenu visible et glorieux, et d’améliorer sa santé. L’humanité invente des objets-monde (l’Internet, le déchiffrement du génome, la bombe atomique…), des outils paradoxaux qui façonnent son monde, lui donnent prise sur sa propre émergence et/ou disparition, mais qu’il ne maîtrise pas. L’histoire se fait évolution. Elle est à la recherche de nouveaux équilibres.

En définissant les bornes de l’humain, l’hominescence les déplace. Elle passe par un débat bioéthique qui redéfinit et reconstruit l’humanité.

référence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *